Nipigon

De Scubapedia.

Description

Le Nipigon à quai, avant son sabordage

À 7 km du rivage en face de Ste-luce-Sur-Mer, près de Rimouski, l'ancien HCMS Nipigon est l'épave d'un navire de guerre de la Marine Canadienne. Il a été coulé volontairement en 2003 par la R.A.E.Q., la Société des Récfis Artificiels de l'Estuaire du Québec, dans le but d'en faire un site de plongée.

Ce navire, qui fait 366 pieds de long par 42 pieds de large, a été coulé dans 110 pieds d'eau. Les conditions de plongée sont difficiles, alors ce n'est pas une plongée pour débutants. La faible température de l'eau, la visibilité réduite, la profondeur du site et le fort courant de marées sont tous des facteurs à considérer dans la planification de cette plongée. Si vous compter pénétrer cette épave, une formation sérieuse en ce sens est essentielle. Les conditions de plongées y sont similaires à sa célèbre voisine, l'Empress of Ireland mais à une profondeur moindre. Sa structure solide, sa position transversale au courant et la possibilité de faire des plongées à moins de 100 pieds rendent néanmoins cette épave plus accessible que l'Empress et en fait un bon site pour acquérir les techniques requises pour l'Empress.

Au départ prévue pour se tenir debout sur le fond, les courants marins on fait gîter l'épave sur bâbord. Comme la partie la plus haute de l'épave (le hangar d'hélicoptère) se situe à environ 50 pieds de profondeur, il est possible de plonger le Nipigon avec un cylindre simple. Par contre, un cylindre de gros volume ou un double sont recommandés pour toute plongée réalisée sur le reste de l'épave.

Étant donnée les conditions de plongée, les courants parfois forts et la météo changeante dans l'estuaire, il est sage de réserver une place sur un charter et de laisser les pro assurer votre sécurité. Comme cette plongée se fait à l'étale et par beau temps, il faut appeler pour connaitre les heures des départs.

Historique

L'histoire du HMCS Nipigon débute peu de temps après la deuxième guerre mondiale, alors que le gouvernement canadien décide de renouveler sa flotte vieillissante de navires de guerre. 20 destroyers de classe St-Laurent seront conçus et fabriqués dans les chantiers maritime canadiens, entre 1955 et 1964.

Hmcs sign.jpg

Le tout dernier de cette série, le HMCS (Her Majesty Canadian Ship) Nipigon, a été commissionnée le 30 mai 1964, après sa fabrication au chantier maritime de Marine Industrie de Sorel, au Québec. Il est le premier navire à être construit avec un porte-hélicoptère intégré au pont du navire avec hangars. Il sera également le dernier navire de guerre Canadien à être actionné par des turbines à vapeur.

Pendant son service actif, il a servi essentiellement d'escorte anti-sous-marin. Les HMCS Nipigon et Kootenay ont été armés pour remplacer le Terra-Nova et l'Arthabaskan lors de la guerre du Golfe, mais la guerre a pris fin entre-temps. Durant ses 5 dernières années, il a servi de bateau d'essai pour un nouveau projet de sonar de la Marine canadienne. Les navires de cette série avaient été conçus pour une durée de vie de 20ans, mais ont duré une moyenne de 31 ans.

Le dernier de cette série à avoir été en service, Le Nipigon a été retiré de la flotte le 3 juillet 1998, après 34 ans de service. Le HMCS Nipigon est sorti de sa courte retraite au début de septembre 1998 afin de participer très activement aux recherches lors de l'accident d'avion de la Swissair (vol 111) au large de Peggy's Cove en Nouvelle-Écosse le 2 septembre 1998. Ce fut sa toute dernière mission.

La R.A.E.Q. (Récifs Artificiels de l'Estuaire du Québec), présidée par Jean-Pierre Bouillon, a fait l'acquisition du Nipigon pour la somme de 209,303.45$. À l'automne 2001, le Nipigon fut remorqué au quai de Rimouski-Est afin d'être nettoyé complètement de toute les matières dangereuses. Près de 2 ans furent nécessaire pour lui faire subir un nettoyage et plusieurs transformation pour le rendre sécuritaire pour la plongée sous-marine et pour l'écosystème marin. Le 26 juillet 2003, le Nipigon est sabordé devant les média et une foule de curieux, afin d'en faire un site de plongée magnifique.

Trajet

  • À partir de Montréal: 559 km
    • Suivre l’autoroute Jean-Lesage (autoroute 20) en direction de Québec.
  • À partir de Québec: 328 km
    • Suivre l’autoroute Jean-Lesage (autoroute 20) et suivre les directions pour Rimouski.
    • Continuer jusqu'à Ste-Luce sur mer.
    • Le quai de départ dépend alors du charter qui vous emmènera vers le Nipigon.

Localisation

Coordonnée GPS: 48º 36.482' N / 68º 25.705' O

Chargement de la carte...

Voir la carte dans Google Maps

La plongée

Les départs des différents charter disponibles se font soit au quai de Rimouski, soit au quai de Pointe-Aux-Père. Votre charter ira s'amarrer à une des bouées privées du Nipigon. Tout dépendant de votre niveau de formation et d'expérience, les guides expérimentés vous indiqueront le déroulement de la plongée. Un certificat de plongée de niveau B du Québec est requis pour cette plongée. La pénétration et l'accès aux secteurs plus profonds relèvent d'un niveau C.

Photos

Avertissements

Des courants forts, l'obscurité, la possibilité d'enchevêtrement, le froid, la narcose et la visibilité réduite sont tous des facteurs à considérer dans la planification de cette plongée.

Notes

Numéros utiles

Urgence médicale de plongée: 1-888-835-7121

Services de plongée à proximité

Boutique Adresse Téléphone Services
Centre de plongée du Bas St-Laurent 292, St-Germain est, Rimouski (418) 722-6232 air, nitrox, location, charter
Expertise Maritime Diveteck 73 Du Fleuve Ouest, Ste-Luce-sur-Mer 418-732-9251 Formation, Charter, Location, Inspection hydrostatique, Inspection visuelle, Air, Nitrox, Trimix
Marina de Rimouski 1, rue de la Marina, Rimouski (418) 723-0202 marina


Liens externes

Météo prévue sur ce site de plongée

Tables des marées


L'information contenue sur ce site s'adresse aux plongeurs certifiés et est délivrée à titre indicative. Aucune documentation ne remplace une formation délivrée par un moniteur accrédité.