Lac Massawippi

De Scubapedia.
(Redirigé depuis Lac Massawipi, Mayflower)

Description

Le lac Massawippi est connu pour son épave du Mayflower, ses falaises et son île sous-marine. Il y a moins de bateaux que sur le Memphrémagog et ses falaises sont aussi impressionnantes.

Le relief sous-marin du lac Massawippi peut se décrire en divisant le lac en trois secteurs. Au sud, de Ayer’s Cliff jusqu’aux environs de la pointe Blueberry, le fond est généralement plat et vaseux. Les profondeurs ne dépassent pas 30 mètres au sud-ouest de la baie Turner mais augmentent graduellement vers la pointe Blueberry pour dépasser les 80 mètres en face de celle-ci. Le secteur central qui va du rétrécissement en face de la pointe Kate jusqu’à celui de la pointe Black est celui qui présente le plus d’intérêt pour les plongeurs. Il se caractérise par des falaises du côté ouest et des pentes abruptes du côté est dont certaines donnent aussi lieu à des falaises sous-marines. Les falaises de l’ouest sont pour la plupart verticales et s’enfoncent jusqu’aux profondeurs du lac à plus de 80 mètres pour rejoindre le fond uniformément plat du lac. C’est aussi dans cette région, près de la pointe Kate, qu’on retrouve le site le plus connu du lac, l’Île Sous-Marine. Cette curiosité géologique sera décrite en détail plus loin. Les escarpements s’atténuent vers le nord dans le secteur compris entre la pointe Black et le village de North Hatley. Bien que plus profonde (jusqu’à 70 mètres) que le secteur sud, cette zone est sans relief important. Les représentations en trois dimensions illustrent le relief sous-marin particulier de ce lac.

Ce qui frappe le plus lorsqu’on envisage des plongées au lac Massawippi, c’est le très grand éventail de profondeurs qu’il est possible de visiter, parfois sur un même site. Les falaises de la rive ouest permettent des explorations à plusieurs niveaux et plusieurs plongées peuvent être requises pour explorer une zone relativement restreinte. Ceci n’est pas sans apporter de nouveaux éléments de risques dont le plongeur devra tenir compte. En pratique, pour la majorité des plongées du côté ouest, le plongeur se trouvera au-dessus du vide, le premier plateau étant souvent à plus de 60 mètres de profondeur. Ceci exige donc un bon contrôle de la flottabilité et un respect rigoureux du plan de plongée afin de ne pas dépasser la profondeur prévue.

La température de l’eau en surface varie au fil des saisons mais reste relativement constante sous la thermocline qui s’établit autour de dix mètres suite au réchauffement printanier. Sous la thermocline, la température oscillera toujours entre 4 et 6 °C alors qu’elle peut atteindre les 20 °C près de la surface à la fin de l’été. Sa grande surface et sa profondeur importante contribuent à faire en sorte que le Massawippi ne gèle rarement qu’avant les premiers jours de janvier. La date du dégel est plus variable mais celui-ci survient généralement ou cours du mois d’avril. On pourrait penser que le lac se prête bien aux plongées sous-glace mais cette activité ne semble pas y être très commune. A cause des contraintes qu’impose la température de l’eau, l’habit sec sera de mise pour la majorité des plongées effectuées sous la thermocline. Une plongée au-dessus des dix mètres ou une qui n’inclurait qu’une brève incursion sous les dix mètres se sera très bien en habit humide, surtout au plus beau de l’été.

Les visibilités de printemps et d’automne sont typiquement réduites à moins de trois mètres à cause du brassage continu par le vent et l’absence de stratification thermique. Par contre, aussitôt que la thermocline est bien installée, l’eau sous les dix mètres est souvent particulièrement limpide offrant des visibilités pouvant dépasser les six mètres. Au-dessus de la thermocline, la visibilité est étroitement liée à la météo et plus particulièrement aux vents et aux précipitations. Il n’est pas rare de devoir subir une visibilité réduite à moins de deux mètres en surface suite à de grands vents mais de pouvoir profiter d’une eau transparente sous la thermocline durant la même plongée.

Cette barrière naturelle qu’est la thermocline ainsi que les faibles visibilités de surface font en sorte que même lorsque la visibilité est acceptable, l’eau apparaîtra comme étant plutôt sombre. Toute plongée sous les dix mètres devra se faire avec l’aide d’une lampe. Dépassé les 20 mètres, c’est l’obscurité totale et il devient impératif de se munir d’une seconde lampe, ne serait-ce que pour une raison de sécurité. Il devient ainsi beaucoup plus facile de retrouver son chemin en cas de défaillance de la lampe principale. Dans la mesure du possible, on effectuera les plongées du côté ouest avant midi afin d’éviter l’ombre que fait la montagne adjacente dès le milieu de l’après-midi.

Autre la profondeur, les températures froides et l’obscurité, le Massawippi présentent quelques situations uniques dont on devra tenir compte pour assurer sa sécurité. La navigation de plaisance est sans doute l’élément de risque le plus important et le plus sournois pour le plongeur. Il ne faut pas hésiter à changer de site ou même à annuler une plongée si on n’a pas l’assurance que les embarcations ne constituent pas un danger pour sa sécurité. Presque aussi important, le plongeur doit savoir que les zones rocheuses du lac sont littéralement tapissées de lignes à pêches et d’hameçons perdus. Il est inévitable de s’y empêtrer éventuellement et lorsque cela arrivera il faut être prêt à se déprendre rapidement. Un couteau bien affûté fera l’affaire mais un coupe-ligne (lame de rasoir) sera encore mieux, surtout pour les lignes plus robustes utilisées sur les downriggers. Outre les fils de pêche, la présence de nombreux arbres morts et de branches dans l’eau nécessitera une attention continue de la part du plongeur.

Le relief aussi peut surprendre car les surplombs ne sont pas rares au Massawippi. Sur plusieurs sites, il est possible de se retrouver sous un plafond plus ou moins important alors qu’on croyait avoir un accès direct vers la surface. Il ne faut pas hésiter à regarder fréquemment vers le haut afin de prévenir ces situations pour le moins surprenantes. Plus rares mais néanmoins dangereux, la présence d’importants blocs rocheux instables le long des parois demandera une certaine vigilance.

Finalement, doit-on classer les riverains dans les « risques particuliers »? L'ensemble de la rive ouest est privée et constituée en bonne partie de propriétés de grande valeur. Il est à peu près impossible d'y plonger à partir du bord sans embarcation. Même en bateau, il n'est pas conseillé d'aborder le rivage de risque de s'attirer les foudres des propriétaires. L'expérience a démontré que la réaction des riverains peut aller du simple avertissement à l'appel à la police en passant par la franche engueulade. L'approche la plus sûre reste d'observer le respect des rives et d'informer les occupants de votre intention de plonger et non pas de débarquer. Il faut savoir que le droit de propriété du riverain s'arrête là ou débute le lac et que le plaisancier ou le plongeur n'enfreint aucune loi en jetant l'ancre à quelques mètres du rivage peu importe ce que peuvent en penser certains riverains plus susceptibles. Encore une fois, le respect mutuel et la discrétion restent les meilleures approches pour éviter les conflits.

Historique

Massawippi serait, selon certains, un mot abénaquis signifiant «beaucoup d'eau claire» ou «grand lac profond» ou «rivière aux eaux profondes» ; selon d'autres massawippi serait une déformation de l'algique nasawipi composé de nasaw signifiant «entre», «au milieu», et nipi signifiant «eau», le tout signifiant «entre les eaux».

L’histoire du lac Massawippi est intimement liée à la navigation qui s’y faisait jadis.

Vers la fin des années 1800, le chemin de fer Massawippi Valley, un embranchement du Passumpsic Railway, a été construit de Newport, VT, à Lennoxville, Québec. Ce moyen de transport facilitait l'accès du lac Massawippi pour les voyageurs estivaux venant du sud.

Les résidents d'été ont construits de magnifiques maisons, d'inspiration américaine pour certaines, sur les collines entourant le lac. Un bel exemple de cette riche architecture nous est donné par l'actuel Manoir Hovey; il a été construit aux environs de 1900 par M., Mme Harry Atkinson d'Atlanta, Georgie. On a voulu qu'il ressemble à la maison de George Washington au Mont Vernon en Virginie.

Plusieurs hôtels et maisons de pension accommodaient les invités. De 1897 à 1900, il y a eu les Victoria Apartments et plusieurs maisons de chambres. Un autre hôtel ancien était le Valley House; en 1902, M. G.A. LeBaron a construit et a dirigé lui-même le Glen Villa. Cet hôtel superbe, situé aux limites du village, avait plus de 300 chambres. Il fut détruit par le feu en 1909 et n'a jamais été reconstruit. On compte parmi les autres hôtels: le Pleasant View, le Connaught, le Lakeview et le Riverview. Il y avait aussi une salle à dîner publique tenue par les LeDucs; l'immeuble qui l'abritait existe encore aujourd'hui. Au commencement des années 1900, la famille Holt de Montréal a construite une maison privée, site maintenant de l'Auberge Hatley.

Les visiteurs de l'été ont fondé le North Hatley Canoe Club dans les débuts de 1890; chaque année, il y avait des courses et des régates. La voile et le canotage continuent d'être des sports populaires ainsi que le golf et le tennis.

Durant ces années, quatre bateaux à vapeur ont sillonné les eaux du lac Massawippi, premièrement à Ayer's Flat (Ayer's Cliff) à la limite sud. le Pride of the Valley a été construit en 1870 par Alfred et Alivirus Putney. Le 2e bateau à vapeur, le Mayflower, appartenait à Plum LeBaron qui le pilotait lui-même. Le nom du bateau avait été choisi en l'honneur de la ville de Plymouth au Massachusetts, la ville étant le lieu de débarquement du véritable Mayflower et aussi la première demeure américaine de la famille LeBaron. Après le naufrage de ce bateau à vapeur, le bateau de plaisance suivant a été le Massawippi construit par Marshall Putney. Ce bateau a été utilisé jusqu'en 1900. Le dernier a été le Pocahontas communément appelé le «Pokey» et appartenait au capitaine Joe Sampson. Ce beau bateau était en très grande demande; on transportait les passagers et la marchandise aux chalets bâtis tout le long du rivage du lac. Les principaux arrêts étaient le village de Massawippi, Woodland Bay et l'hôtel Glen Villa.

Trajet

  • À partir de Montréal: 149 km
    • Prendre l’autoroute 10 en direction de Sherbrooke.
    • Prendre la sortie 121 vers Ayers Cliff et poursuivre sur la route 55 direction Sud.
    • Option 1: Mise à l'eau à North Hatley
      • Prendre la sortie 29 vers Ste-Catherine-De-Hatley/N Hatley/Lennoxville et poursuivre sur la route 108.
      • Suivre les indications pour North Hatley.
      • Arrivé à North Hatley, la mise à l'eau est située derrière la station service, près de la décharge du Lac Massawippi.
    • Option 2: Mise à l'eau à Ayer's Cliff
      • Prendre la sortie 21 vers Ayer's Cliff.
      • Rendu à Ayer's Cliff, utiliser la descente de bateau qui se situe tout juste à côté de la plage publique.
  • À partir de Québec: 267 km
    • Prendre l'autoroute 20 en direction de Montréal.
    • Prendre la sortie 173 en direction de Sherbrooke et poursuivre sur la 55. En dépassant Sherbrooke, la 55 devient l'autoroute 10 et les numéros de sorties font un saut.
    • Prendre la sortie 121 vers Ayers Cliff et poursuivre sur la route 55 direction Sud.
    • Option 1: Mise à l'eau à North Hatley
      • Prendre la sortie 29 vers Ste-Catherine-De-Hatley/N Hatley/Lennoxville et poursuivre sur la route 108.
      • Suivre les indications pour North Hatley.
      • Arrivé à North Hatley, la mise à l'eau est située derrière la station service, près de la décharge du Lac Massawippi.
    • Option 2: Mise à l'eau à Ayer's Cliff
      • Prendre la sortie 21 vers Ayer's Cliff.
      • Rendu à Ayer's Cliff, utiliser la descente de bateau qui se situe tout juste à côté de la plage publique.

Localisation

Coordonnées GPS:

Mayflower N45º 15.143', W71º 59.952'
Ile sous-marine / Castle Rock N45º 12.050', W72º 00.133'
La Pointe Black (Cathédrale) N45º 14.950', W71º 59.933'
Les grottes N45º 12.650', W72º 00.433'
Falaises N45° 13.177', W72° 00.306'
Niagara À confirmer
La Pointe Blueberry N 45° 12' 6.3", W 072° 00' 37.6"
La Falaise Inversée N 45° 13' 47.4", W 072° 00' 29.8"
Les corridors de la Pointe Perkins N 45° 12' 41", W 071° 59' 42"
Les Rêveries N 45° 13' 47", W 072° 00' 30"
Le Button N 45° 12' 23", W 072° 00' 29"
Chargement de la carte...

Voir la carte dans Google Maps


La plongée

Site A: Mayflower

Le Mayflower
La position de l'épave du Mayflower

Le site de l'épave se situe quelque peu au nord de la pointe Black, dans une petite baie surnommée Ste-Rest par les résidents de North Hatley. L'épave gît sur son flanc bâbord sur un petit palier en escarpement de la falaise entre 10 pieds à la poupe et 37 pieds à la proue. Sa descente fut bloquée par des troncs d'arbre et un palier naturel de la côte ouest du lac. En 1897, deux ans après le naufrage, la construction d'un barrage sur la rivière Massawippi, près du village, a eu pour effet d'augmenter le niveau de l'eau à son niveau actuel. On peut donc supposer qu'autrefois la poupe du Mayflower devait voisiner la surface et était exposée aux intempéries et aux glaces. Sachant par les descendants du propriétaire du bateau que la cause du naufrage a été la collision de l'arrière du navire sur les rochers bordant la rive, sa poupe pratiquement détruite, nous empêche d'avancer la longueur exacte du bateau à son origine. L'épave mesure aujourd'hui 16.6 mètres de longueur.

Le sol entourant l'épave est constitué de roches recouvertes d'une couche de vase et de sédiments transportés par un courant qui circule le long de la falaise en direction nord., vers l'embouchure de la rivière. Des troncs d'arbre provenant de la berge voisine entourent celle-ci. Une mince couche de sédiments et d'algues recouvre l'épave, lui donnant une couleur verte et interdisant une approche trop exhaustive sous peine d'une perte de visibilité.

L'épave elle-même se présente sous une forme longue et étroite; et affiche son ancienneté par sa proue droite et pointue. Deux ouvertures ont été constatées sur le pont du navire. La première, de forme carrée, est située près de la proue, l'autre, plus au centre du bateau, est de forme rectangulaire. Une troisième ouverture fut remarquée à la proue, plus petite et du côté tribord, elle devait sans doute servir à passer la chaîne de l'ancre. Des reconnaissances effectuées aux alentours immédiats du site de l'épave, ainsi que plus en profondeur en suivant l'escarpement, ne révèlent que quelques planches et bouteilles éparses d'âge plus récent que le naufrage.

On sait aujourd’hui que le Mayflower fut construit par M. Plum LeBaron (Plumley de son vrai prénom), et qu'il était le second bateau à vapeur sur le lac. Il livrait la poste ainsi que des provisions aux divers campements, maisons et chalets situés sur le lac. Il transportait aussi les bûcherons aux chantiers autour du lac ainsi que le bois à destination du chemin de fer. En plus de sa vocation utilitaire, le navire servait avantageusement aux loisirs des riverains. Il possédait un piano à son bord et offrait des croisières de jour ainsi que de romantiques voyages au clair de lune.

Le propriétaire du navire, M. Plumley LeBaron, avait un fils nommé Chauncey. Il arrivait à celui-ci de prendre le bateau pour faire «la fête» avec quelques amis. Pour ce faire, il avait l'habitude de jeter l'ancre dans une petite baie près de la pointe Black. Les résidents constatant les ébats qui s'y passaient eurent tôt fait de baptiser le site de baie de Ste-Rest, (Le Repos des Saints). Un jour où la fête s'annonçait prometteuse, Chauncey voulant prendre position dans la baie, ce dernier fit une fausse manoeuvre et percuta l'arrière du navire sur la falaise. Le Mayflower se renversa, fracassa sa poupe sur la falaise et coula. Heureusement, le naufrage n e fit aucun mort.

On retrouvera facilement le site car il est situé au fond d'une petite baie, en face d'un chalet isolé. L'épave à proprement dit se trouve immédiatement sous le quai flottant utilisé par ce chalet. Bien qu'il ne reste que la coque et le pont principal, ces éléments sont bien conservés. La partie peu profonde sert de refuge à des dizaines de poissons et il s'agit d'un site très agréable à visiter et une plongée à cet endroit est un bon complément à une plongée plus profonde à la Pointe Black. Il faut souvent user de diplomatie et de finesse lorsqu'on plonge si près des habitations. Cette recommandation prend tout son sens dans le cas du Mayflower. L'approche la plus sage est d'ancrer son embarcation en eau peu profonde avant ou après la petite baie et de procéder par le fond pour rejoindre l'épave. En suivant une profondeur constante de 20 pieds, on ne peut pas la manquer. Comme pour toutes les épaves, le respect du site est de mise. Pensez aux plongeurs qui vous suivront, ne prenez que des photos, ne rapportez que des souvenirs et ne laissez que des bulles.

Le Mayflower est l'épave d'un transporteur à vapeur qui a coulé à la fin du 19e siècle. La faible profondeur de l'emplacement de l'emplacement la rend très accessible en bateau. L'épave fait 60 pieds de long et repose entre 20 et 40 pieds de profondeur, couchée sur bâbord. La coque de bois est en bon état, mais il ne reste rien de la "wheel house" ou du système de propulsion. Plusieurs poissons habitent cet abri artificiel. La faible visibilité de l'eau du Massawipi au-dessus de la thermocline peut rendre l'épave difficile à trouver. Si vous avez les compétences, la pénétration est possible pour visiter l'intérieur de la coque.

On se rend aux coordonnées GPS indiquées plus haut et on ancre l'embarcation dans les 20 pieds d'eau. Pour trouver le Mayflower, il faut être aligné directement devant l'unique chalet qui se situe au fond de cette petite baie. Partant de cet endroit, on trouve le Mayflower entre 20 et 40 pieds de profondeur. Si vous avancez vers le milieu du lac et que vous êtes rendu à 40 pieds sans l'avoir vu, c'est que vous n'êtes pas vis-à-vis le chalet.

Site B: Ile sous-marine

C'est sans aucun doute le site le plus connu du lac. Cette formation qu'on surnomme aussi Castle Rock est situé en face de la pointe Blueberry, un peu plus près de la rive est du lac. Une ancienne carte bathymétrique laissait entrevoir la possibilité qu'il s'agisse là d'une immense cheminée remontant verticalement des profondeurs du lac. La carte la plus récente est plus fidèle à la réalité et montre plutôt un promontoire rocheux situé sur la marge de l'escarpement général du lac. Il n'en demeure pas moins que le site est spectaculaire et présente un plateau à moins de 15 pieds de la surface alors qu'il y a plus de 200 pieds d'eau immédiatement à l'ouest. Le premier défi d'une plongée sur le haut-fond est de le trouver. En effet, sa surface peu profonde est probablement inférieure à 1800 pieds-carrés , ce qui peut le rendre difficile à localiser. La technique traditionnelle employée par les plongeurs du coin consiste à placer son embarcation dans l'intersection des axes formés premièrement par l'alignement visuel d'une parois rocheuse située sur la rive ouest près du site de la grotte avec une autre parois dans la baie Kate et deuxièmement par la ligne reliant le chalet de la pointe Kate avec un des gros chalets à toit brun au sud de la pointe Blueberry. On peut aussi le retrouver par positionnement GPS. Une autre technique qui s'est avérée complémentaire aux deux autres et encore plus précise consiste à aligner la dernière pointe de terre visible vers l'ouest (près de Butternut Flat) avec un gros bâtiment visible loin derrière dans la montagne. Cet amer permet un alignement avec une précision de un à deux mètres et complète bien le positionnement par GPS ou par alignements de repères côtiers. Peu importe la méthode qu'on adopte, l'approche finale se fera en laissant traîner son ancre ou un plomb au bout d'un câble d'environ 15 mètres. Une fois qu'on a localisé le site, il est facile de s'y ancrer solidement.

En plongée, le haut-fond présente une surface à peu près plate sur la majorité de sa surface. On y trouve un substrat solide fait de cailloux et de grosses pierres. Lorsque l'été est avancé, toutes ces surfaces rocheuses sont couvertes d'une couche d'algues vertes jusqu'à environ 20 pieds. On y verra aussi quelques poissons qui profitent de l'eau chaude. Ce plateau à 12-15 pieds de profondeur fait place à un second palier allant jusqu'à 20-22 pieds sur une des faces du haut-fond. Cependant du côté ouest, ce sont plutôt des falaises verticales qu'on rencontrera. On peut facilement faire le tour de ce promontoire en suivant une profondeur fixe. Par exemple, en demeurant à une profondeur de 15 pieds, le trajet prendra un peu plus de 25 minutes à compléter en nageant lentement. Il est pratique de mettre une ligne plombée au point de départ pour aider à retrouver notre point de sortie.

Il n'est pas vraiment possible de se perdre sur le haut-fond mais on peut néanmoins tourner en rond longtemps s'il n'y a aucun repère visuel. La face ouest du site présente le relief le plus intéressant pour quiconque veut s'aventurer plus profondément. Une succession de parois abruptes et de murs verticaux entrecoupés de petits paliers donne lieu à des paysages étourdissants. Ces parois rocheuses se poursuivent jusqu'à 195 pieds en au moins un point et il est peu probable que la roche-mère réapparaisse plus loin comme l'ont démontré les plongées faites à cet endroit jusqu'à 200 pieds. Au pieds des falaises, un fond de vase se poursuit en pente douce vers les profondeurs du lac. Il n'est pas conseillé de s'aventurer trop loin au-delà des parois car il peut être difficile de retrouver le haut-fond au retour. Une erreur d'une dizaine de mètres peut être suffisante pour le manquer au retour et être obligé d'effectuer une remontée en eau libre. Bien qu'on peut être tenté d'aller visiter la base du haut-fond, les plongées au-delà de 130 pieds ressembleront beaucoup à celles faites à des profondeurs plus modestes. La progression recommandée sur ce site est de faire une ou deux plongées sur le périmètre à des profondeurs inférieures à 50 pieds pour se familiariser avec l'aspect général du site. Par la suite, des plongées plus profondes du côté ouest permettront de bien saisir le gigantisme de l'endroit.

Une pointe de roche qui part du fond à 240 pieds et vient effleurer la surface à 15-20'. Ses parois sont verticales au sud-ouest et un peu moins prononcées du coté nord-est. On peut y faire plusieurs plongées sans jamais en avoir fait complètement le tour. Il faut prendre garde aux nombreux fils de pêche et à la circulation en surface. On peut la trouver en laissant trainer une ancre par 50' de fond. Son diamètre à la surface de 30 mètres tout au plus, il est possible de la chercher longtemps avant de la trouver. Un sonar aide beaucoup.

En 1994, le groupe NEMO a fait une recherche géologique en collaboration avec le géologue Robert Marquis pour déterminer la provenance de ce phénomène. La "galette" qui forme l'ile provient de 20 à 30 milles à l'est du lac. Elle se serait détachée et circulé des milliers d'années dans la faille de la Guadeloupe pour aboutir verticalement à la surface de celle-ci. Cette faille est à l’origine du lac. Parmi les échantillons prélevés, ils y ont trouvé du: quartz, grès quartzitique à ciment calcareux, schistes ainsi que quelques intrusions ultramafique dense et magnétique. Merci à Jean-Bruno Desrosiers du groupe NEMO.

Site C: Cathédrale

La Cathédrale

Le côté nord du secteur de Black Point est bien connu pour ses surplombs qui lui ont valu le surnom de "Cathédrale". Le côté sud est encore plus spectaculaire avec un fond rocheux et escarpé qui s'enfonce à plus de 155 pieds.

Dernière pointe d'importance du côté ouest en remontant vers North-Hatley, la pointe Black offre de quoi satisfaire n'importe quel plongeur. Du nord au sud, le plongeur rencontrera tout d'abord le site dit le la Cathédrale. Surnom certainement lié à la présence d'importants surplombs qui donnent l'illusion d'un immense plafond de cathédrale en au moins un endroit. On y trouvera aussi plusieurs crevasses, murs et autre formations rocheuses intéressantes. Vous trouverez peut-être une vieille glacière autour de 80 pieds, elle fait partie du décor depuis toujours, laissez-la pour les plongeurs qui vous suivront.

Le site est aussi caractérisé par l'abondance d'arbres morts submergés jusqu'à de grandes profondeurs. Il faut donc être prudent pour éviter l'enchevêtrement dans les branches et dans les nombreux fils à pêche abandonnés. Un point de départ habituel dans ce secteur est le fond d'une très petite baie située à une centaine de mètres à gauche d'un chalet vert isolé. Une faille formant un abri sous roche sera rencontrée vers 20 mètres à cet endroit qui tient lieu de point de départ pour explorer l'ensemble du site. Des plongées à toutes les profondeurs peuvent être réalisées dans ce secteur, mais comme pour les autres sites de la rive ouest, le plongeur ne trouvera pas nécessairement plus de nouveauté lors d'explorations plus profondes. Les plongées moins profondes seront toutes aussi agréables sans les contraintes de froid d'obscurité et de durée limitée des plongées plus profondes. Le secteur sud de la Pointe est tout aussi intéressant. En surface, en rencontrera une petite grotte qui est généralement hors de l'eau sauf par période d'eaux très hautes où elle peut être immergée. Le fond recèle un relief similaire à ce qui est rencontré à la Cathédrale mais il faut s'éloigner du rivage pour atteindre les escarpements intéressants. Des plongées jusqu'à 160 pieds à cet endroit n'ont pas permis d'atteindre la base du mur principal.

Une falaise avec des formations rocheuse spectaculaires. Des surplombs à couper le souffle que l'on découvre avec une bonne lampe. Il peut y avoir beaucoup d'arbres morts au fond et il est facile de descendre trop profond.

Site D: Les grottes

La position des grottes

Elles se trouvent juste sous un bosquet de grands cèdres qui est lui-même juste à gauche d'une petite paroi rocheuse d'une vingtaine de pieds de hauteur. La base des arbres a été peinte de rouge mais la peinture est difficile à voir de loin. Il vous faudra donc longer le rivage lentement. Pour la trouver sous l'eau il faut descendre à 23 pieds et nager en suivant la falaise (elle est juste un peu à gauche des cèdres). Ici, on doit s'ancrer sur les arbres car le fond est à plus de 200 pieds. La grotte présente une ouverture d’un mètre sur deux et est longue d’environ cinq mètres, en remontant un peu. On y entre un à la fois. Vous aurez besoin d'une bonne lampe pour en explorer toutes les anfractuosités. Malgré ses dimensions réduites, elle donne néanmoins un intérêt à ce site et un scénario intéressant consiste à y faire une plongée sur la falaise adjacente et terminer par la visite de la petite caverne. Pour ceux qui désirent explorer un peu plus, il y a au moins une autre cavité située à quelques dizaines de mètres plus au sud. Celle-ci est cependant plus difficile à localiser.

Site E: Falaises

Vous n'avez que l'embarras du choix. La rive nord-ouest du lac est verticale jusqu'à plus de 250 pieds. Les falaises couvrent toute la portion allant de Blueberry point, juste au sud du point indiqué (E), jusqu'à la Cathédrale (C) et l'épave du Mayflower (A).

Site F: Niagara

Le Niagara

Il s'agit d'un "mahogany runa-bout speedboat" construit par Clint Woodard dans les années 1930 et conduit par lui même et son frère. Ayant navigué plus de 20 ans sur le Massawippi et constatant que le bateau avait besoin de trop de réparations, les propriétaires l'ont vidé de son contenu et coulé là où il repose actuellement. Selon nos recherches, ce bateau servait de transporteur pour le courrier et les provisions des vacanciers ainsi que de transporteur pour les passagers de plaisance. On le considère comme le dernier transporteur commercial du lac!

L’épave est connue depuis au moins 1987 et est visitée régulièrement. À l'intérieur, on remarque plusieurs objets qui prouvent hors de tout doute que le bateau fut coulé volontairement. Son moteur et le système de gouvernail sont absents, il contient entre autre des roches à sa proue, deux poêles à sa poupe ainsi que plusieurs autres objets de métal. Depuis quelques années on remarque une détérioration marquée par des objets disparus ou déplacés, la coque étant défoncée en quelques endroits.

L'épave du Niagara se trouve sur la ligne de 40 pieds, face au quai fédéral du village de North Hatley. Partant du coin gauche du quai, il fixer l'azimut à 310 degrés et nager environ 150 pieds pour y arriver. Cette partie du lac est très achalandée. Il vaut mieux visiter ce site très top ou très tard en saison.

Site G: La Pointe Blueberry

La Pointe Blueberry

Cette pointe est située dans le coude du lac, du côté ouest, approximativement face à la pointe Kate. Elle est facilement repérable sa forme effilée qui s'avance vers l'est et au mat situé à son extrémité. C'est dans ce secteur que le fond prend son aspect escarpé caractéristique. Les falaises à proprement dit débutent à environ 450 mètres au sud-ouest de la pointe. Il est possible de réaliser de belles plongées de part et d'autre de la pointe à diverses profondeurs entre 30 et 120 pieds. L'aspect du site varie considérablement selon la profondeur à laquelle se fait la plongée. Si on ne dispose que du temps requis pour une seule plongée, un trajet nord-sud avec une incursion profonde au milieu donnera un bon aperçu du potentiel que recèle ce site. Du côté sud, il faut prévoir une descente sur une pente douce de vase avant de rejoindre le roc et les falaises. Plus on s'éloigne de la pointe, plus cette nage sera longue. En partant du nord, les falaises pénètrent peu dans la petite baie adjacente où le fond est uniforme et plat. On peut néanmoins s'y ancrer et procéder par le fond à la boussole en suivant un azimut approximatif de 90° -100° . Une alternative au profil en "V" proposé serait de faire la plongée à une profondeur constante, à 65 ou 100 pieds par exemple. Les endroits les plus spectaculaires sont sans aucun doute là où les parois sont verticales.

Il est difficile de préciser exactement où se trouvent les murs. Le plongeur les trouvera facilement en cherchant entre 65 et 100 pieds. A au moins un endroit, une parois rocheuse s'enfonce verticalement jusqu'à 130 pieds, où elle fait place à une pente douce de vase qui continue à descendre vers le centre du lac. D'ailleurs, la carte bathymétrique ne rend pas justice au relief qu'on y rencontre en plongée. Il est peu probable qu'une falaise continue jusqu'à 220 pieds existe réellement dans ce secteur comme l'indique la carte. D'ailleurs aucun fond rocheux aussi profond n'a été rencontré lors d'une longue plongée d'exploration entre un point d'entrée situé à 500 mètres au sud de la pointe et un de sortie à 100 mètres au nord. Lors de cette plongée, la base de la falaise a été suivie sur toute la longueur en s'assurant qu'il n'y avait pas de parois secondaire débutant plus au large. A plusieurs endroits, le roc fait place à la vase mais réapparaît plus loin, à quelques mètres au large. Les mauvaises visibilités peuvent cependant empêcher de trouver le début de ces secondes parois qui prennent parfois l'aspect d'un gigantesque escalier. L'exploration du bas des falaises a révélé que le point rocheux le plus profond se trouve à 130 pieds de profondeur. Ce point est situé à quelques dizaines de mètres au sud de la pointe et le fond remonte ensuite progressivement vers le nord. Le reste du site en eaux moins profondes permettra au plongeur de voir quelques poissons dans la zone de lumière, des zones d'éboulis et des pentes abruptes de galets ou de roc solide.

Parmi les particularités de ce site, il faut noter que plus d'un pêcheur prétend avoir vu un "gros objet rond" apparaître sur leurs écho-sondeurs. On dit également qu'un mouillage de bouée (incluant la bouée) servant à limiter la zone de sûreté de 100 mètres aurait été perdu à cet endroit suite à une mauvaise estimation de la profondeur. Finalement, le relief particulier de ce secteur le rend très populaire pour la pêche à la traîne et le plongeur y rencontrera des centaines de mètres de lignes perdues et des agrès de toutes sortes. C'est là un boni pour le plongeur qui les retrouve mais aussi une source d'enchevêtrement dont il faut tenir compte. Le couteau aiguisé, ou encore mieux un coupe-ligne est indispensable, tout comme le fanion en surface. Ce site n'est pas accessible du rivage et requiert l'utilisation d'une embarcation qui demeurera au mouillage pour la durée de la

Site H: La Falaise Inversée

La position de la falaise inversée

On y retrouve une parois lisse qui mérite le qualificatif de « plus que vertical »! A 100 pieds, la pente est inversée et la base de la falaise se trouve à plus de trois mètres à l'intérieur du mur. C'est ce genre de surplomb spectaculaire qui rend les plongées au lac Massawippi tellement fascinantes.

Un parcours facile consiste à ancrer son embarcation en eau peu profonde immédiatement au nord de la falaise qui est très apparente hors de l’eau. On peu ensuite procéder sous l’eau vers le sud entre 30 et 45 pieds. Peu de temps après on arrivera sur la falaise sous-marine comme telle. La falaise est relativement étroite et il est possible de la visiter en entier durant une plongée.

Site I: Les Corridors de la Pointe Perkins

La position des site de la Pointe Perkins

Du côté ouest du lac, situé à mi-chemin entre la pointe Kate (l’Île sous-marine) et la pointe Morse, nous retrouvons la pointe Perkins. Les pointes Abbott (côté ouest) et Perkins forment un léger étranglement à cet endroit. Il y a de belles falaises de part et d'autre du lac à cet endroit. Face à la pointe Perkins, nous retrouvons un petit platier d'à peine 35 pieds de profond avant d'atteindre la falaise principale plus au large.

Ce site est donc facile à localiser et une fois sur place, l'ancrage est facilité par la faible profondeur. Le départ doit s'effectuer au sud de la pointe à exactement 100 mètres de la rive. En effet, la bouée qui indique cette position est ancrée directement sur le début de la première petite falaise qui contourne la pointe. Malgré la faible visibilité à faible profondeur, beaucoup d'achigans y prennent refuge. En remontant cette petite falaise vers le sud, vous observez de longs corridors de roc, sur un fond de gravier: endroit idéal pour la ponte des achigans et crapets de roche au printemps.

En direction est, la falaise principale débute vers les 80 pieds de profondeur et parcoure le lac en direction nord-sud. L'avantage de cette plongée sur falaise est sa situation géographique du côté est qui nous permet de profiter d'un bon ensoleillement durant toute la journée. Cependant, cet endroit est exposé aux vents et toute plongée doit donc être planifiée lors de journées calmes. De plus, le drapeau de plongée doit toujours être utilisé car c'est un endroit très populaire pour les pêcheurs à la traîne.

Pour une exploration plus poussée, du côté nord-ouest de la pointe, à environ 300 mètres de la rive, se trouve un autre site que les plongeurs locaux surnomme la Vallée des Monuments (N 45°12'50", O 071°59'42"). En effet, sur un fond de vase, par 65 pieds de profondeur, vous observez d'immenses morceaux de roc détachés de la falaise mesurant de 5 à 10 mètres de hauteur et gisant ici et là. Ce site offre tout un spectacle lorsque les rayons de soleil réussissent à percer la surface entre ces monuments.

Site J: Les Rêveries

À l'extrémité de la pointe qui délimite la partie sud de la baie Baltimore, situé à environ 75 m de la rive, un petit haut-fond vient effleurer à près de 2 m la surface de l'eau. Un seul petit îlot de végétation abrite un petit banc d'achigans. Il y a une belle falaise au large (côté est) qui s'enfonce à plus de 130 pieds. En se dirigeant vers le sud, au fond de la baie, il y a beaucoup de vie marine parmi les arbres morts. Perchaudes, achigans et meuniers noirs y ont pris résidence.

Ici encore, il est facile de s'ancrer directement sur le haut-fond ou bien au fond de la baie pour une meilleure protection. Endroit est idéal pour les plongeurs débutants et même pour les non-plongeurs qui souhaitent observer la vie marine en apnée.

Site K: Le Button

N'ayant pas beaucoup de points de repère disponibles, l'utilisation du GPS est donc fortement recommandé pour la localisation de l'endroit. Une fois sur place, l'utilisation du sonar permettra de détecter facilement ce haut-fond qui s'étend d'ouest en est. Une petite pointe rocheuse s'avance du côté nord et sur la rive vous pouvez observer, du côté sud, un chalet possédant une grande plage de sable. Le haut-fond se situe environ au centre de ces deux repères et se retrouve à l'égalité de la pointe rocheuse.

L’endroit est protégé et l’ancrage y est facile. Il se retrouve à l'intérieur de la zone des 10 km/h ce qui assure une certaine protection contre les plaisanciers.

La plongée débute en direction nord pour l'exploration de la paroi rocheuse à une profondeur maximale de 65 pieds. Au retour, la plongée se continue en contournant ce haut-fond à une profondeur d'environ 45 pieds. Vous terminez la plongée par l'observation de la vie marine qui fréquente le sommet de cette petite montagne sous-marine à une profondeur d'à peine 15 pieds. Beaucoup d'achigans ont pris résidence à cet endroit en plus des nombreux crapets de roches et perchaudes toujours présents. Au printemps, c'est l'endroit idéal pour observer les nids avec les alevins.


Photos

IleSM a.jpg IleSM b.jpg Massa3D-1.jpg Massa3D-2.jpg Mayflower 2-3660.jpg MassaMur.jpg


Avertissements

La pénétration d'épave et de caverne doivent se faire par des personnes qualifiées. Il facile de faire lever la vase qu'il y a au fond.

La plupart des plongées s'effectuant sous la thermocline, le port du wetsuit 7mm est recommandé.

Notes

La mise à l'eau d'une embarcation au Lac Massawippi s'effectue soit à Nort Hatley, soit à Ayer's Cliff. Un programme de protection contre l'apparition de la moule zébrée oblige tous les propriétaires d'embarcation à faire laver la coque de leur bateau préalablement à la mise à l'eau. Évidemment, ce service n'est pas gratuit.

La mise à l'eau à North Hatley est très coûteuse. Si on additionne les frais de lavage (10$), d'utilisation de la rampe (10$) et de stationnement d'un véhicule avec remorque (14$), on obtient un beau total de 34$. Ayer's Cliff est un peu plus loin du Mayflower, mais s'il fait beau, profitez de la balade et économiser votre argent en allant mettre votre bateau à l'eau à Ayer's Cliff.

Numéros utiles

Urgence médicale de plongée: 1-888-835-7121

Services de plongée à proximité

Boutique Adresse Téléphone Services
Plongée Nordsud 45, rue Cate Sherbrooke 819-564-2929 boutique, air, charter


Liens internes

Inscrire ici les liens vers les autres sites du Lac Massawippi.

Liens externes

Météo prévue sur ce site de plongée

Qualité de l'eau - Données COGESAF


L'information contenue sur ce site s'adresse aux plongeurs certifiés et est délivrée à titre indicative. Aucune documentation ne remplace une formation délivrée par un moniteur accrédité.